Image default
Santé

La vape sans nicotine est-elle moins dangereuse ?

De nos jours, lorsqu’on regarde dans les rayons d’e-liquides, on trouve majoritairement des formules nicotinées. Cela ne signifie pas pour autant que tous les e-liquides en contiennent. Certains flacons en sont encore dépourvus et ce sont justement ces derniers qu’on recommande à ceux qui veulent se lancer dans la vape. Est-ce que cela suppose qu’ils sont moins dangereux que ceux nicotinés ?

Les e-liquides sans nicotine sont moins dangereux

Cela est logique puisque la nicotine reste un produit du tabac responsable de la dépendance chez les fumeurs. On doit toutefois reconnaître que vapoté, ses effets sont moins dangereux puisqu’on assiste à une absorption lente du produit par l’organisme. Cela est dû au fait que la cigarette électronique ne nécessite pas de combustion.

Cependant, la température de chauffe peut varier d’un appareil à l’autre d’où l’intérêt de consulter un comparatif vapoteuse électronique avant de se décider. Dans tous les cas, elle reste très en-deçà de la température de combustion qui s’élève à plus de 800°C contre 300°C au maximum chez les cigarettes électroniques. Ainsi, le vapoteur n’est exposé qu’à un risque moindre de dépendance.

Mais comme ce risque demeure, le mieux c’est d’opter pour un e-liquide qui n’en contient tout simplement pas. Non seulement, vous n’avez pas à craindre une forme de dépendance, mais en plus, vous ne risquez pas de souffrir des effets secondaires qu’une inhalation à dose élevée de nicotine peut entraîner. Certains vapoteurs se plaignent effectivement d’irritations assez gênantes au niveau de la gorge à cause de ce produit. Et une surdose peut générer des maux de tête, des nausées, des vertiges, …

Les liquides sans nicotine sont-ils sains à 100 % ?

L’absence de nicotine est déjà une excellente chose. Peut-on affirmer pour autant qu’il n’y a aucun danger à vapoter de tels liquides ?

Il faut retenir que le risque zéro n’existe pas en matière de vape. Certes, le vapotage est sain par rapport au tabagisme puisque ne génère ni goudron, ni monoxyde de carbone, ni particules fines. Et il l’est aussi par rapport au vapotage nicotiné puisqu’éloigne toute forme de dépendance.

Toutefois, comme la cigarette électronique reste une tendance assez jeune et que cela consiste quand même à ingérer des substances étrangères à notre organisme, les scientifiques préfèrent rester prudents. Ce que l’on sait depuis sa vingtaine d’années d’existence c’est qu’elle est une aide efficace durant le sevrage tabagique. Jusqu’à aujourd’hui, on peut aussi dire qu’elle ne produit pas de cancers et de maladies graves comme le tabagisme.

Cette seconde affirmation est toutefois à prendre avec prudence et pour cause : il faut environ 50 ans pour que les premiers symptômes d’un cancer ou d’une maladie grave apparaissent. Cela signifie que si aujourd’hui, les premiers vapoteurs se sentent encore très bien, on ne sait pas s’ils le seront encore d’ici 30 ans. C’est pour cela que les autorités sanitaires recommandent de :

  • L’utiliser à petites doses: comme toute chose, un abus est déconseillé.
  • L’utiliser correctement : il faut éviter de bricoler l’appareil pour qu’il devienne plus puissant ou chauffe à une température trop élevée.
  • Choisir un appareil : il faut choisir des e-cigarettes de marque connue pour la bonne qualité de leurs produits. Cela évite les désagréments comme les fuites ou les explosions.
  • Choisir des e-liquides répondant aux législations et/ou normes en vigueur : optez pour des e-liquides fabriqués par des usines de bonne réputation. Dans ce dernier cas, il faut toujours lire l’étiquette des flacons de liquide pour s’assurer qu’ils ne contiennent pas de produits dangereux. Vérifiez aussi que tous les ingrédients mentionnés soient autorisés et peuvent être inhalés sans danger. On évitera tout flacon contenant des produits psychotropes, des huiles, une dose de nicotine dépassant les 20 mg/ml et une dose d’alcool supérieure à 1%.

Gare à certains parfums

Et toujours en termes d’e-liquides, il faut aussi éviter certains parfums. Les scientifiques affirment effectivement que certains arômes sont plus dangereux à l’inhalation que d’autres et ce, même si le liquide ne contient pas de nicotine.

Parmi ces parfums à éviter, ils pointent principalement du doigt la cannelle et la vanille. Ce sont des arômes prisés par une grande majorité de vapoteurs, mais il reste conseillé de ne pas les utiliser. Pour cause, ils se composent de produits peu recommandés à l’inhalation. Il s’agit notamment du cinnamaldéhyde présent dans la cannelle et de la vanilline présente dans la vanille. Et ces parfums ne sont pas les seuls, car les e-liquides proposant une saveur beurre sont aussi à éviter ainsi que les cocktails; surtout les cocktails de fruits. Le beurre suppose la présence d’huile tandis que les cocktails de fruits peuvent générer des réactions peu recommandées.

Rassurez-vous, à part ceux que l’on vient de citer; il vous reste encore une longue liste de saveurs différentes pour apprécier pleinement votre expérience de la vape.

Autres articles à lire

Maintenir votre poids pour être en bonne santé

Angelique

Quel est le prix d’un lifting du visage ?

Fanny

5 bonnes raisons d’opter pour des extensions de cheveux naturels

Clarisse

Tout ce qu’il faut savoir sur le massage sensuel oriental

Fanny

Pourquoi souscrire à une mutuelle étudiante et comment en choisir ?

Irene

La naturopathie, c’est quoi ?

Clarisse